Un peu occultée par l’émergence des réseaux sociaux, la newsletter est pourtant loin d’être ringardisée. Et reste à bien des égards un des supports de communication les plus efficaces pour les experts-comptables. La preuve…

Pour informer ses clients et entretenir le lien avec ses prospects, la lettre d’information a longtemps été le moyen de communication privilégié des experts-comptables. D’après une enquête du Conseil de l’Ordre, plus d’un cabinet sur deux utilisait encore ce support en 2010.

Puis la digitalisation est passée par là, et les réseaux sociaux ont pris de plus en plus d’importance. A juste titre : leur audience et leur faculté à « cibler » les internautes en fonction de leurs centres d’intérêt et de leur profil en font d’excellents outils de prospection. Mais au point de mettre au rancart la newsletter par email, héritière naturelle de votre lettre d’information d’antan ? Certainement pas. Et pour au moins 4 raisons…

Raison n° 1 : les internautes préfèrent être informés par email (et les cadres encore plus)

A l’ère de Snapchat, d’Instagram et autres Messenger, même les millenials l’affirment : c’est par le biais de l’email qu’ils préfèrent que les entreprises leur adressent leur communication, nous apprend une étude de Marketing Sherpa. Et ce dans des proportions écrasantes : quel que soit l’âge, l’email ressort comme le mode de communication favorisé par plus de 2/3 des personnes…

Et c’est encore plus vrai lorsqu’on s’attarde sur ceux qui constituent la cible naturelle des experts-comptables : les cadres dirigeants. Selon l’étude Global Executive Study de Quartz, 94 % d’entre eux s’informent via des newsletters, devant donc les sites Web (89 %), ou les applications mobiles (74 %).

Raison n° 2 : l’email est toujours l’arme fatale du marketing

En B2B, 91 % des responsables marketing diffusent leur contenu par email. Ils sont 71 % à faire de même sur Linkedin, 55 % sur Twitter, 38 % sur Facebook… Par habitude ? Plutôt parce que cela fonctionne.

Une autre étude auprès de ces responsables marketing, menée par le cabinet d’études marketing Ascend2, montre que le rapport « efforts/résultats » d’une newsletter est excellent : ils sont trois fois plus nombreux à trouver ce canal de communication efficace que difficile à réaliser.

Raison n° 3 : l’email est complémentaire des réseaux sociaux pour maximiser les occasions d’être vu

Le meilleur moment pour publier sur Facebook ? Vers 13h ou 15h. LinkedIn ? A la sortie des bureaux. Twitter ? Durant les pauses de midi ou de 17h. C’est la conclusion d’une méga-analyse d’Hubspot, le spécialiste de l’inbound marketing. Quant à l’email, cette compilation d’innombrables études sur le sujet recommandent les débuts et fin de matinée, et la soirée. Rien d’étonnant à cela : avec la généralisation des smartphones, la consultation de ses emails est devenu un réflexe.

Certaines études montrent qu’on peut les « checker » jusqu’à 75 fois… par jour ! Conclusion ? Si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, publier sur les réseaux sociaux et via votre newsletter maximise vos chances d’être visible de vos clients et prospects à différents moments de la journée.

Raison n° 4 : vos abonnés vous appartiennent (vraiment)

Le dernier avantage qui plaide en faveur de l’email, c’est qu’il s’agit du canal de communication que vous maîtrisez le mieux. Votre liste d’abonnés vous appartient, alors que les réseaux sociaux comme Facebook, LinkedIn ou Twitter ont de plus en plus tendance à « filtrer » les informations qu’ils présentent à leurs clients. Comme nous le démontrons dans notre Guide du marketing à l’usage des experts-comptables, la newsletter constitue le lien le plus direct entre votre public et votre cabinet.

Site/blog, réseaux sociaux ou newsletter ? Les trois !

Ce qui ne signifie pas qu’il faille fermer vos comptes sociaux pour vous concentrer exclusivement sur le site, le blog et la newsletter de votre cabinet. Mais plutôt qu’il s’agit de tirer parti des forces et faiblesses inhérentes à chaque canal. Et de les  utiliser au moment opportun à chaque étape du parcours de vos futurs clients :

  • aux réseaux sociaux la notoriété, et la capacité à interpeller vos cibles sur vos domaines de compétences ;
  • au site et au blog, les contenus longs et fouillés pour démontrer votre expertise sur des sujets complexes ;
  • à la newsletter, l’entretien d’un lien régulier avec vos clients et vos prospects les plus « chauds ».

Bien mis en musique, un même contenu pourra donc être efficacement décliné sur tous ces supports, et servir à intéresser, convaincre puis fidéliser.

Pour plus d’informations sur le marketing expert-comptable, téléchargez notre livre blanc.

Retrouvez l’article sur le site Le Monde du Chiffre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *